Catégorie: à la plage (page 2 sur 3)

dans mon sac de la St Sylvestre

En vrac, j’ai dans mon sac de quoi attiser la curiosité de qui que ce soit ayant l’envie d’y regarder. L’envie et un peu de courage aussi. Un duvet, le ukulele, un marteau, des feux d’artifice, mes lunettes, du dentifrice, une couverture et des allumettes.

La tente est partie avec J. Ainsi que le matelas gonflable, les pyjamas tout doux et les chaussettes de ski incongelables. Après tout ils n’ont prévus que 3 degrés cette nuit.

Bref, une fin d’année sans trop de cérémonie mais plutôt avec un grand feu au bord de l’eau, le clapotis des vagues et nos mélodies préférées. Je vous ai déjà parlé de Cocoon au ukulele?

Avec tout ça, je crois que l’on s’endormira avant minuit.

Peu importe la fin je crois aussi.

Ce que j’ai toujours aimé, ce sont les débuts passionnés et les commencements éclatants. Alors pour moi, ce qui est important, c’est que finalement l’on soit parmi les premiers à regarder le soleil se lever sur cette nouvelle année.

dans mon sac de voyage – la maison

A la maison, c’est facile. Les questions, les réponses, les doutes, tout ça, je les pose à l’entrée près du tapis et à la place, je prends mes chaussons. Après tout, ce sont les vacances on a dit. Alors je me laisse guider par mes envies, les marées et le temps de cuisson des crêpes garnies. Et la météo aussi. C’est durant ces moments que j’aime retrouver Lorient et l’océan. Souvent à pied sous la pluie, parfois à vélo le temps d’une éclaircie mais toujours avec un sourire qui s’affiche en grand.

en savoir plus →

dans mon sac de sport – l’aviron

En été comme en hiver, je rame. Un peu tout le temps et un peu partout en fait. Enfin, tant que les vagues ne dépasse pas le mètre cinquante, là je surfe mais c’est une autre histoire. La première fois où j’ai pu poser mes fesses sur un skiff, j’ai pas mal tenu l’équilibre. Puis j’ai pensé à ce que j’allais manger au gouter et le bateau s’est retourné. Littéralement. Avec moi dedans. Mes cheveux étaient encore mouillés quand j’ai compris que j’allais apprécier. Le sport et moi, on a un rapport plutôt simple. S’il me fait vivre l’effort sans réfléchir, j’adore. S’il me prend la tête, j’arrête. L’aviron, c’est un peu tout ça à la fois. De l’action, de la glisse et un simple besoin de concentration.

en savoir plus →

dans mon sac de musique – le Brésil

C’est évident, tu t’en rappelles puisque je l’avais jouée et raconté. Le ukulele, Cocoon, les tierces, les basses et cette lente mélodie qui te fait rêver même éveillée. Depuis, on l’a chanté, écouté et rejoué. Beaucoup. Un peu trop? Même pas. Enfin je crois. Puis on a changé de thème. Alors j’ai rendu les cordes à J pour qu’il me fasse entendre le Brésil. Il m’a raconté un peu puis a joué longtemps pendant que je voyageais les yeux fermés.

en savoir plus →

dans mon sac de livres – le vieil homme et la mer de Ernest Hemingway

De temps en temps, je lit. Souvent, plusieurs fois par jour en fait. Peut être parfois même un peu trop. C’est possible de trop lire, dit? Les pages s’enchainent quand d’autres s’éternisent et restent à la traine. C’est peut être ça la différence entre les bons livres et les mauvais. L’impression de fluidité qui s’en dégage comme si on avait sous les yeux un seul bloc cohérent. Un bloc de vie, d’expériences et d’aventures.
en savoir plus →