Catégorie: ailleurs en voyage (page 2 sur 5)

ça, c’est la catégorie voyages!

dans mon sac de souvenirs – les éléphants d’Ayuthaya

A chaque fois, j’oublie vite, bien et pas toujours ce qu’il faut. Jusque là, ça va, rien d’important; mon code de carte bancaire, ma place de parking ou les clés de la moto sur le rocher devant la mer. Pourtant, certains instants se retrouvent gravés dans ma mémoire comme autant d’épisodes marquants. Je ne les choisis pas, ils s’y mettent eux même et y restent comme s’ils étaient un peu vivants. Les éléphants du Tier Park de Berlin ne m’ont pas vraiment marqués. Ils étaient mignons, jolis et très gris. Et mouillés aussi mais de cette journée j’ai surtout retenu les pandas roux. Deux semaines plus tard, je me suis retrouvée à pédaler au milieux d’un troupeau d’éléphants en banlieue d’Ayuthaya. Et là, impossible de l’oublier.

en savoir plus →

dans mon sac de voyage – parenthèses Indo Thailandaise

Treize heures de vol, je crois que ça fait quelque chose comme six films ou 8 repas ou environ 32000 mots prononcés sans vraiment s’arrêter. Ou alors une grosse nuit de sommeil avec des rêves en pointillés. Enfin, dans l’avion, c’est plutôt une succession de courtes nuits (ding, turbulences / ding, repas / ding, toilettes / ding, le voisin qui joue des castagnettes) avec de brèves incursions dans un long rêve éveillé. Comme je n’arrive pas à apprécier un film tout en parlant et en mangeant, j’ai opté pour la seconde option; un long voyage en rêvant aux semaines passées.

en savoir plus →

dans mon sac de voyage – jungle, ville et plage en 60L

Dire que j’ai beaucoup de sacs relève de l’euphémisme. Légèrement. Si j’en suis consciente, c’est un début, non? Ils sont tous là un peu alignés, plus ou moins bien rangés. Ils sont en daim, mat, lisse, en cuir brun, à main, noir, grainé, rouge, à dos, de randonnée ou de soirée et couvrent l’éventail des possibles tout entier (deux fois). Seulement, je n’en ai pas encore assez. Enfin, c’est surtout vrai depuis que mon sac de voyage a craqué. A l’aller, la fermeture centrale. Au retour, celle du coté. N’ayant jamais eu d’époque punk, j’en ai profité pour me rattraper et tout faire tenir à coup d’épingles à nourrices. Quand la lanière centrale m’a lâchée au milieu de l’aéroport, je me suis résignée. Et je l’ai un peu maudit aussi (trois fois). Pas cool.

en savoir plus →

dans mon sac de voyage – Berlin en trois mots

Trop de temps passé à voguer sans prendre un moment pour digérer ce qu’on a vécu et mangé. Les souvenirs se mélangent en une sorte de grand cocktail à la saveur de l’Europe. Je crois qu’il y a même des bouts de glaces venus du froid qui flottent ici et là. Bref, plus qu’à gouter et deviner ce que l’on a sur le bout de la langue. Des falafels, des burritos et du pain Vietnamien? Ça, à coup sur, c’est Berlin.

en savoir plus →

dans mon sac de sport – le surf la tête dans le sable

6h30 – le réveil sonne, c’était pas vraiment prévu. C’est plutôt le réveil de la semaine ça. Je me rendors sereine bien au chaud sous la couette.

9h30 – le réveil sonne de nouveau, c’était pas non plus prévu comme ça puisque j’avais rendez vous à 9h30 sur place.

9h35 – le café est passé mais la brioche est restée. Je reste positive. Le ciel est bleu, les planches de surf rentrent encore dans la voiture et j’ai posé une demi baguette avec trois carreaux de chocolat sur ma combinaison.

9h36 – Manque d’habitude, j’ai failli arracher trois rétros en reculant. Les planches m’empêchent de voir tout le coté droit de la route. Pas grave. Les voitures que je ne vois pas, n’existent pas. On fait comme au permis, on a dit.

en savoir plus →