dans le sac de plage

Ce jour là, on était parti tard sans vraiment décider, plutôt comme ça, comme une idée. Alors on a pris les vélos, un sac et on s’est retrouvé à la plage pour profiter des derniers instants de soleil, rire (surtout) et manger.

sac de plage avec maillot de bain, lunettes de soleil et crème solaire

Souvent, on part sans mais pas toujours quand même alors aujourd’hui j’avais mon sac de plage. Un sac léger que j’adore, un sac plein de, tu sais bien, tous ces trésors, de tous ces souvenirs qu’on oublie à chaque fois de ranger.

sac de plage avec maillot de bain, lunettes de soleil et crème solaire

Ici on trouve pas vraiment de coquillages donc j’avoue tout de suite, j’ai aussi traîné ce sac sur les longues plages de Bretagne alors quoi de plus normal finalement?

On avait oublié l’eau mais on avait pris de la crème solaire. Je crois que notre conscience sait qu’un picnic doit être bricolé et que sinon, on se sent trop à la maison. Eh bien, on a but le melon et on s’est fait des dessins sur les joues et le nez (c’était pas vraiment l’intention mais bref passons).

***

Je vais pas tout détailler mais cette crème, pour moi, c’est de l’été en bouteille (je reviendrais parler de rosé qui est aussi de l’été en bouteille plus tard). Que je compte les vagues avant de mettre ma planche à l’eau ou que je sente ses mains l’étaler dans mon dos, son parfum fait parti du décors olfactif de la plage (o_0 pourquoi pas en fait? je développerai le concept promis). Texture légère, elle se spray (qui est un verbe comme un autre), s’étale et disparaît.

J’ai une peau très claire et une tendance naturelle à éviter le soleil mais là, c’est presque frais, je me sens protégée et hydratée donc je profite de tous les instants sans y penser. Bon, j’évite toujours le soleil avant 17h mais j’ai moins peur de rentrer avec des plaques rouges et un ensemble de tâches brunes ou (pire) blanches (glamour, bonjour).

spray solaire ultra léger Galénic SPF50 

Petite parenthèse sur les morceaux d’Uncaria que Galénic à mis dans cette crème. Pardon d’avance à l’Amazonie. Merci à Indiana Jones de l’avoir ramenée dans son sac (en vrai ce sont les Ashaninka qui l’ont d’abord utilisée). En cataplasme pour le traitement des plaies profondes ou en infusion pour les douleurs gastro-intestinales. Je passe rapidement sur les traitements que la médecine en a tiré (soin contre les rhumatismes, les ulcères, contrôle du cycle menstruel, traitement du diabète, des cancers et des tumeurs)  cette plante est juste ultra polyvalente.

Eh oui mais en spray, ça donne quoi? Associée à la crème solaire, on retient en fait son effet anti-inflammatoire retardant le coup de soleil. Conclusion? j’en ai mis un peu partout. Bonne couvrance, j’ai maintenant un bronzage uniforme et léger. Il était temps.

source: 120 plantes médicinales – Dr M. Rombi (éditions Alpen )

***

Pour reprendre l’histoire; on est rentré en pédalant doucement pour profiter encore un peu de ces instants. Avec dans les yeux la mer et ses sourires; avec dans la chambre, ce léger parfum de crème que je peux encore sentir.

2 Commentaires

Ajoutes le tiens →

  1. Super article!! vivement la suite.

Laisser un commentaire