dans mon sac de sport – le surf

A chaque fois qu’on rentre à la maison de l’ouest, là bas, en Bretagne, on regarde les prévisions pour aller faire du surf. On débat toujours pour savoir si un vent du Sud (ou de l’Est?) rabaisse les vagues ou les creuse. On tombe généralement d’accord pour se dire que c’est pas si grave finalement d’où vient le vent. Même s’il n’y a pas de vagues, on s’entrainera à ramer.

Pour quelqu’un ayant passé les presque 20 premières années de sa vie au bord de l’océan, c’est quand même étrange de n’avoir (presque) jamais essayé de monter sur une planche. Je préférais rester au chaud, voilà tout. Ici, les vagues viennent en général avec des gros nuages, du vent (d’Est et d’Ouest à la fois surement) et font descendre les quelques degrés qu’on avait durement gagné. Alors, à la place d’une combinaison, je prenais plutôt une grosse couverture en laine et je restais au chaud à regarder les premières gouttes de pluie taper contre le carreau. Avec un chocolat et un livre.

Depuis peu, j’ai acheté une combinaison de surf. Une 4-3 roxy que j’adore au point de conduire avec jusque la plage. On s’est trouvé des planches. Deux longboard et une plus courte puis on est parti essayer. Je crois que je n’ai jamais autant avalé d’eau salée qu’à ce moment là. Je suis plutôt solide donc je n’ai pas rouillé mais pas loin, merci de vous inquiéter. On a fait une pause, résumé, discuté et demandé conseils aux blonds d’à coté.

Quelques séances, quelques chutes, des bosses aussi et pas mal de persistance. On monte à peu près sur les planches et ça glisse. Ça glisse, on tourne et on s’amuse. On attend un peu entre les vagues aussi alors on s’allonge et on profite du bercement qu’offre le balancement de l’océan.

Ce week end, le vent venait de l’Est et je n’avais pas de sac. Plutôt une grosse caisse bleue.

avec ma soeur en revenant de la plage les planches et les combinaisons sous le bras

ps: spot du fort bloqué où tous les niveaux se croisent dès que les vagues dépassent le mètre cinquante. Souvent de bonnes conditions mais souvent du monde aussi en saison… Et pour ceux qui se posent toujours la question, vent Est / Nord-Est au fort, on est sur de courir se mettre à l’eau tant les vagues seront belles et creuses.

4 Commentaires

Ajoutes le tiens →

  1. Je découvre ton blog via le commentaire que tu as laissé sur le mien et j’aime beaucoup ce qui s’en dégage et les thèmes abordés.

    Bretonne du Finistère (pas loin de la Torche), je ne pouvais que laisser mon premier commentaire sous un article parlant de surf.

    De mon côté si je ne suis pas beaucoup montée sur une planche de surf dans ma jeunesse en Bretagne c’est surtout parce que j’avais décidé de lui coller une voile et de laisser le vent m’emporter. Pas de couverture, de chocolat, de livre, toujours du froid, de l’océan et du néoprène, et mon adolescence dans l’eau.
    Ce n’est qu’à 25 ans que je me suis enfin mise au surf, mais je n’ai malheureusement pas beaucoup d’occasions pour en faire…

    A bientôt je pense ^^

    • Mais les planchistes restent pour moi un des grands mystères de l’univers! J’avais pu essayer quand j’étais toute petite et la voile et la planche étaient si lourdes que je ne pouvais presque rien faire… Il faut absolument que je retente maintenant en Méditerranée!Je me rends compte de la chance que l’on a d’avoir grandis près de l’océan et pu pratiquer tous ces sports de glisse. Bon, j’en suis un peu loin maintenant mais j’ai ma longboard pour compenser les vagues (un peu)! Bienvenue en tout cas et à bientôt 😉

  2. Je découvre ton blog et j’ai un coup de coeur pour ce concept original et bien mené. Je file vers cet article car le surf me fascine, et j’adore ton récit d’initiation tardive – pareil pour moi, mais je suis toujours nulle 😉
    Merci pour ce joli moment !

    • Merci! Pour le niveau, on est deux dans ce cas…☺️ je programme donc la réécriture d’un petit bout d’article sur le surf alors! A bientôt et très belles fêtes à toi!

Laisser un commentaire