Pas besoin d’en reparler, tout le monde le sait, on était encore une fois en retard. De toute façon, ce n’est plus une surprise et je ne le prends pas non plus comme une fatalité. Plutôt comme un point d’amélioration sur lequel travailler.  Au fur et à mesure je raye donc ce qui peut être fait à un autre moment dans la journée que cinq minutes avant le départ. Bref, on a un peu couru mais il y a deux mois, il ne faisait pas si chaud alors ça va. La loge était vide, j’ai pu tirer mes chaussures et J mettre sa chemise à sécher sur le candélabre encore allumé. Enfin presque. Ambiance camping à l’opéra, j’adore. Et encore, le mot est faible pour dépeindre ce que j’ai ensuite ressenti devant la Sinfonietta, c’était plutôt comme si l’on m’avait fait découvrir un petit trésor.

en savoir plus →