Souvent, je cours aussi le soir. Un peu moins bien que le matin d’accord mais avec plus de style. Enfin, jusqu’à ce que je commence à descendre les marches en talons. A ce moment là, de trois choses l’une. Petit a, je ne me rappelais pas avoir trouvé ça difficile hier soir (la blague). Petit b, heureusement que ma pochette noire était déjà remplie et toute prête. Petit c, je n’avais pas vraiment besoin de rincer maintenant mes affaires de natation. Bref, je descends en courant, je dérape, il me rattrape. Ne lui dites pas que je suis maladroite, il croit encore que j’ai glissé exprès pour l’embrasser.

en savoir plus →