Tag : souvenirs

dans mon sac de souvenirs – la confiture de mûres

À vrai dire, ce n’est pas tant que ça un souvenir puisqu’il en reste toujours une tâche noire sur ma jupe. Et si je baisse les yeux sous l’abri du comptoir, je peux encore la voir; elle est juste là, à côté du fermoir. C’est une petite tâche, ça va, je sais tenir ma tartine correctement. L’histoire, c’est que d’une, les petits déjeuner très tôt en semaine sont compliqués peu importe qu’il y ait du jus pressé, des tartines géantes et du café. Et deux, dans les confitures de la maison, on trouve des mûres entières car sur l’échelle du divin, ça se trouve tout en haut. En numéro un. Seul embarras, sur la tartine, ça ne tient pas.

en savoir plus →

dans mon sac de souvenirs – Harry Potter à l’école des sorciers

Petite comme trois doigts, ma grand mère m’avait offert le premier tome d’Harry Potter. J’étais un peu vexée car c’est ce que tout le monde lisait et moi j’avais simplement besoin de me sentir différente. Sans hésiter, je l’ai donc mis de côté. Loin sous les éditions de la bibliothèque Rose. Puis je l’ai repris. Je ne sais plus si c’était par ennui ou par curiosité mais je ne l’ai plus quitté. Des goûters aux cours d’école, il m’a suivie. Toujours à portée de main, devant mes yeux, dans la voiture et dans les chemins. Depuis Août et les ciels azurs jusque Février et ses odeurs de cheminées. Il m’a accompagné et je l’ai dévoré. Juste relation. J est prévenu, ça va.

en savoir plus →

le sac des autres

sac nat et nin - livre a defaut damerique de cote
Depuis toute petite je regarde le sac des autres…je me suis toujours demandé ce que je pourrais mettre dans le miens quand je serai grande. J’ai longtemps pensé à la quantité de trésors que je pourrais rapporter (à ceux que je pourrais conserver des après midis à la plage ou des jours passés au camping)…A tous ces jeux aussi que je pourrais amener! Certains sacs m’ont fait une impression forte et sont restés comme autant de souvenirs bienveillants. Les autres, eh bien, les autres n’ont fait que passer devant mes yeux sans accrocher mes pensées.

Un sac énorme comme celui de ma maman, c’était comme une deuxième chambre avec des cailloux, des herbes, des coquillages, des jeux et même du maquillage. Il sentait la maison et partout quand j’étais fatigué il me servait d’oreiller.

en savoir plus →